Les prix montent : quelle aubaine !

Bull or bear ?Pétrole, cuivre, acier, PVC, bois, céréales : les prix des matières premières atteignent des niveaux que l’on avait pas vu depuis longtemps. Et ce n’est que le début, semble-t-il. Cette hausse des prix malmène les acheteurs, dont la première mission est au contraire de les faire baisser. Pourtant, à y regarder de plus près, le problème est peut-être moins grave qu’il n’y paraît.

Certes, la hausse des prix d’achat gonfle nos coûts de production. Mais tant que cela impacte aussi ceux de notre concurrent, c’est un mal assez indolore. A-t-on déjà vu un pompiste s’inquiéter de la hausse des prix du pétrole, ou d’une nouvelle taxe CO2 ? L’enseigne voisine (son cher confrère…) les subira elle aussi, et tous deux ne se priveront pas de répercuter de concert la hausse à leurs fidèles clients.

Des opportunités à saisir…

Une hausse continue des prix présente même quelques avantages pour l’acheteur. D’une part, chaque commande est une bonne affaire : nous avons bien fait d’acheter hier, puisque ça vaut plus cher aujourd’hui. Les plus avisés qui avaient sécurisé les tarifs en anticipant la reprise peuvent désormais se frotter les mains. D’autre part, les vendeurs nous sollicitent jour après jour pour quémander un ajustement aux nouvelles conditions du marché : impossible d’ignorer ce qui s’y passe. Etaient-ils aussi dilligents l’an dernier pour vous informer des baisses de prix ?

Dans un contexte haussier, le travail de l’acheteur est également facilité. Résister à une hausse demande moins d’effort que de se battre pour obtenir une baisse. L’immobilisme, la passivité ou la procrastination sont à la portée de tout un chacun… Si j’arrive à négocier un statu quo pour conserver l’ancien tarif quelques mois de plus, c’est déjà une victoire, à peu de frais. C’est d’ailleurs l’occasion de constater que certains sont moins pressés que d’autres à répercuter les hausses des matières premières : ceux dont les marges sont suffisamment confortables pour diluer ce surcoût. Intéressant !

… qui ne dureront pas.

Une séquence haussière telle que nous connaissons en ce moment demande aussi une grande vigilance. Le plus grand danger serait de s’habituer à cette nouvelle normalité, jusqu’à croire qu’il est naturel que les prix montent. On risquerait alors, au nom d’une saine prudence, de sanctuariser par un contrat à long terme des conditions fermes de prix et de quantités, à contre-temps ! Un jour viendra – et plus vite qu’on le pense – où le soufflé retombera.

 
Ce contenu a été publié dans Chronique, Concurrence, Coûts, Pénurie, Prix, Stratégie, vendeurs, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Les prix montent : quelle aubaine !

  1. Ping : Revue de presse achats – Juin 2021 | Le blog des professionnels des achats

Laisser un commentaire