Lucy in the cloud

« Ce n’est pas nous qui avons domestiqué le blé, c’est lui qui nous a domestiqués « (1). Il y a 10 000 ans, il a manipulé l’humanité : homo sapiens a sacrifié sa liberté pour se consacrer corps et âme à veiller sur cette plante alors insignifiante. Le blé règne désormais sans partage sur des millions de km².

L’histoire de l’acheteur avec les data n’est pas sans quelques similitudes.

Lorsqu’il est apparu, homo emptens était un acheteur-cueilleur nomade et opportuniste. Le feu sacré, l’habileté et la connaissance s’avérant une source de profit plus efficace que la force, il a pu prospérer.

Puis il est devenu acheteur sédentaire, pour mieux exploiter le potentiel productif de son territoire, pratiquant la rotation des sources, la sélection et la fertilisation des pousses les plus productives. L’information a pu alors être organisée et systématisée : comptabilité analytique, intelligence économique et développement fournisseur.

Depuis lors, la sophistication des systèmes d’information est toujours plus grande. Les tâches ancillaires disparaissent, et l’acuité de notre vision permet d’exercer le métier avec toujours plus de finesse et raffinement.

Mais il faut nourrir cette bête insatiable du matin au soir (tard). Quand je vois la place que prennent certains outils, ne serait-ce que l’incontournable feuille Excel, je me demande à quel point cette avidité d’information nous asservit.

Et pour ceux qui s’en croient affranchis, essayez de laisser votre téléphone au bureau un (vendredi) soir, juste pour voir…

(1) « Sapiens : une brève histoire de l’humanité », Yuval Noah Harari

 
Ce contenu a été publié dans Chronique, Excellence opérationnelle, Irrationel, KPI, Operationnel, Systèmes d'information, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire